Flash infos : Nouveau site Internet en ligne
Flash infos : Le laboratoire est ouvert toute l’année 6/7J
Flash infos : Nous recherchons une secrétaire médicale
Bilans spécialisés
Exporter en PDF Partager par mail
Nutrition et stress oxydatif

Bilan Nutritionnel & Antiradicalaire (BNAR)

Définition

Bilan de première intention permettant une vision globale et précise des axes anti-radicalaires (défenses vis-à-vis du stress oxydatif) et des couvertures nutritionnelles.
Indications
pathologies chroniques inflammatoires, immunitaires, dégénératives, vasculaires, de surcharge ; vieillissement prématuré, infections à répétition, sport excessif, excès de polluants environnementaux (UV, radiations, ondes…), tabac, alcool, maldigestion et/ou malabsorption, difficulté de synthèse protéique (hépatopathie), vieillissement prématuré.

Paramètres du bilan

SOD Superoxyde dismutase – GPX  Glutathion péroxydase

Voie enzymatique majeure de défense anti-radicalaire. L’individu adapte leur synthèse au besoin de l’organisme pour lutter contre le stress oxydatif. Des valeurs non optimales peuvent être le reflet d’une incapacité d’adaptation de l’organisme, d’un niveau de stress oxydatif trop important, dépassant les capacités d’adaptation de l’organisme.

Cuivre/Céruloplasmine, Zinc Sélénium

Oligoéléments essentiels et ubiquitaires au niveau de l’organisme. Leur dosage réside, en autre, à évaluer leur activité en tant que co-facteurs enzymatiques : le sélénium, cofacteur de la GPX ; le cuivre et le Zinc, cofacteurs de la SOD. Cela permet d’apprécier au mieux la fonction enzymtique anti-oxydante de l’organisme

Ferritine

Sa capacité à stocker le fer lui confère une double fonction : protéine de réserve en fer directement mobilisable (protéine de stockage) et voie de détoxification du fer. C’est également une protéine de l’inflammation, sa production augmente lors de l’activation des macrophages ; dans d’autre circonstances, son élévation est le reflet de lyses cellulaires : lyse des cellules synthétisant de façon préférentiellement cette protéine (hématie, hépatocytes, leucocytes) ; dans cadre, elle ne reflète plus le stock en fer mais le reflet de perte cellulaire.

ApoA1- Apolipoprotéine A1 – ApoB – Apolipoprotéine B – Rapport ApoB/ApoA1 – Lpa – Lipoprotéine a

Protéine de transport des lipides (cholestérol, triglycérides et phospholipides). La valeur basse de l’apoA, constituant principal du HDL, et une valeur haute pour l’ApoB, constituant principal du LDL sont des marqueurs de risque de la pathologie athéromateuse. La Lipoproéine a est un marqueur de risque cardiovasculaire à part entière avec une forte connotation familiale.

Profil protéique : transferrine, haptoglobine, orosomucoïde, préalbumine, albumine, CRPus

Protéines de l’inflammation dont la synthèse augmente ou diminue pendant l’inflammation. Les variations cinétiques étant propres à chacune, la situation inflammatoire sera parfaitement analysées (inflammation aigue, chronique, active…) ainsi que d’autres contexte de terrain : carence martiale, hémolyse, catabolisme protéique, perte protéique …

PINI : Index pronostic inflammatoire et nutritionnel

Permet d’évaluer la part de l’inflammation et de l’impact nutritionnel des apports/carences protéiques

Graphiques et cibles

Points forts
  • Observations biologiques : étude du terrain avec estimation des voies cataboliques (hémolyse, inflammation, perte protéique)
  • Risques biologiques : couverture anti-oxydante de l’organisme, risques cardio-vasculaires et carentiel